sábado, 25 de agosto de 2007

utopies

de el libro de la soledad/ utopías. © mgab.


on marche seul, on se croise sans voir

sans se voir

on se cherche sans se trouver...

quelquefois on se trouve, même si on ne se cherche plus


le monde est si vaste, et le nôtre est si bref...

andamos solos, nos cruzamos sin ver

sin vernos

nos buscamos sin encontrarnos...


a veces nos encontramos aunque ya no nos estemos buscando


el mundo es tan grande, y el nuestro es tan breve...

7 comentarios:

Neda dijo...

Ah Jin ! L'artiste et poete. J'aime ces pages. Mon interprétation? Je vois une petite fille qui effleure un papa absent (or her memory of him) et cette même jeune fille se reposant sur l'épaule de son compagnon et elle recherche toujours le contact humain, peut-etre l'amour d'un homme. Pas de contact, étrangers dans la nuit inconscients vers le vrai secret de la vie..Sorry about my French :)

Neda dijo...

Oh, I listed you sans fanfare on my link list. Please tell me when I can make it "official," okay?

Jin dijo...

je croyais t'avoir déjà donné la permission pour le faire: tu peux rendre la chose officiellle quand tu veux, Neda, et merci beaucoup! (je devrais peut-être mettre une robe longue, comme au bal des débutantes??!!!)

des interprétations, il doit y en avoir des milliers... inconsciemment, j'ai peut-être reflété moi-même dans ce croisement una absence et un désir, bien réels tous les deux.
quand quelque chose me touche, quelquefois jusqu'à me faire jaillir les larmes, je ne cherche presque jamais à analyser ce sentiment, à savoir "pourquoi", mais plutôt "comment". quelle est cette beauté déchirante qui parcourt le monde par des voies inattendues, secrètes, et qui m'atteint de plein fouet m'obligeant à m'arréter et à la regarder, entre toutes les autres choses que m'offre la vie?

ce que tu appelles "le vrai secret de la vie"?

Alfonso Brezmes dijo...

y entonces caemos que, aquél que andábamos buscando, eramos nosotros mismos...

P.D: no conocía este libro... Vaya, ¿un inicio de collagista peligrosa?

Me gusta el resultado, las flechitas. Peligro: que las figuras sean demasiado reconocibles, como que fuéramos a encontrarlas entre los que para amar se marchan al Círculo Polar... n´est-ce pas?

Jin dijo...

ya pero, para mí, también es importante el sobreentendido del círculo polar, me sigues? por la dosis de a-todos-nos-marcó-esa-película que encierra la imagen, y por su significado, o mejor dicho suS significadoS.

acaso creías conocerlo todo de mí, presuntuoso...?! venga, vale, que a la vuelta, si quieres, te enseño ese cuadernillo. y que lo sepas, siempre he hecho collage, aunque nunca lo haya llamado así. digamos que me inclino más por "libre découpage de la réalité".

gracias por pasarte por aquí, Alfonso, e interrumpir tu cura de desintoxicación internaútica...

au fait, Neda, tu es par là? j'ai trouvé hier dans tes links un ou deux blogs super intéressants. merci aussi pour ça!

see you!

jin

juan stembert dijo...

nawja

Jin dijo...

touchée!