miércoles, 15 de agosto de 2007

été

© Marc Chagall. Daphnis and Chloe. Summer.

je me rappelle aujourd'hui que c'est encore l'été, le luxuriant été.
ou je pressens peut-être que c'est déjà son déclin...
peu importe, il est encore là, chaud, rayonnant, prêt à habiter notre coeur pour de longs mois encore, prêt à laisser sur l'eau de nos pleurs une empreinte brillante, comme cette jeune fille qui fuit déjà vers l'automne et laisse sa trace d'or sur la surface d'un lac...

les retours ne sont rien si nous accompagnent encore les lumières de nos rires...

me acuerdo ahora de que todavía es verano, el lujurioso verano.
o es que ya presiento, quizá, su declive...

no importa, aún está aquí, cálido, radiante, dispuesto a habitar nuestros corazones durante largos meses, aún dispuesto a dejar en el agua de nuestras lágrimas une traza brillante, como esta chica que huye ya hacia el otoño y deja su huella de oro en la superficie de algún lago...
el retorno no es nada si nos acompañan todavía las luces de nuestras risas...

7 comentarios:

Neda dijo...

Literature, art, poetry, and symbolism... who could ask for more!

Jin dijo...

il faut toujours demander plus, Neda: l'utopie fait marcher le monde (le vrai, parce que l'autre il marche plutôt avec l'argent!)

Alfonso Brezmes dijo...

ah, l´été... ce mélange de renouvellement et de décadence, avec quelque chose d'une promesse éternelle d´un temps meilleur que bien tôt décline dans la certitude de ce que la vie a plus d´automne que d'autre chose, mais qui ne nous empêche pas de prendre dans les bras une autre fois chaque année cette promesse toujours latente et toujours inaccomplie...

juan stembert dijo...

Charlotte Rampling sous le sable chez moi oú presque, à Bidart o à Saint Jean de Luz ou à Biarritz ou a Capbreton ... dans un film génial de Ozon...Et moi, loin de ...sur la sable, mais...Svp: Achettez et regradez chez soi tout GARREL!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Jin dijo...

ay, Charlotte Rampling, qui nous fera toujours rêver, à Biarritz ou ailleurs, et maintenant aux ordres de Medem...

gracias, Juan, por estar aquí tú también. espero verte de vez en cuando por aquí, sur le sable

y vos, prince de ces dames ya en destino vacacionero... ve que nos sigues siguiendo. o sea que no puedes pasar sin nosotras (os?).

et l'été, ah l'été, qu'est-ce qu'il a donc que n'ont pas les autres...?

Neda dijo...

Bonjour Jin! I just got back and wanted to stop by to say hi! Charlotte Rampling??? I haven't thought abt her in a looong time! The night porter was one of those movies you can never forget! Glad to see your blowing growing :)

Jin dijo...

oui, une femme inoubliable. j'ai aimé Night Porter mais je la préfère maintenant, plus sereine et avec un chien fou!j'aime beaucoup la façon dont elle a vieilli, sans rien perdre de son charme, avec cette façon si spéciale de tordre un peu la bouche, comme un défaut qui serait devenu la marque de son élégance (Juan Stembert, qui écrivait ici l'autre jour, me rappelait dernièrement une autre grande dame à la vieillesse superbe: Françoise Hardy. La connais-tu?).

merci pour ce petit bonjour dès ton arrivée. tu nous manquais déjà!et bon courage pour la rentrée!!!